Les vaccins contre la COVID-19 devraient fournir au moins une certaine protection contre les nouveaux variants du virus et ils préviennent efficacement les formes graves de la maladie et les décès. Cela s’explique par le fait que ces vaccins suscitent une réponse immunitaire de grande ampleur et qu’une évolution ou une mutation du virus ne devrait pas complètement leur faire perdre leur efficacité. Si ces vaccins perdaient en efficacité contre un ou plusieurs variants, il serait possible d’en modifier la composition afin qu’ils confèrent une protection contre ces variants. La collecte et l’analyse de données se poursuivent à propos des nouveaux variants du virus responsable de la COVID-19.

En attendant d’en savoir plus, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour interrompre la propagation du virus afin d’éviter les mutations susceptibles de réduire l’efficacité des vaccins existants. Cela signifie qu’il faut garder une distance d’au moins 1 mètre entre les personnes, tousser ou éternuer dans son coude, se laver les mains fréquemment, porter un masque et éviter les pièces mal ventilées ou ouvrir une fenêtre.

Les vaccins sont généralement testés en premier lieu chez l’adulte, afin d’éviter d’exposer les enfants, qui continuent de se développer et de grandir. De plus, la COVID-19 est plus grave et plus dangereuse pour les populations plus âgées. Maintenant qu’il est établi que les vaccins sont sans danger pour l’adulte, ils sont à l’étude chez l’enfant. Une fois ces études terminées, nous devrions en savoir plus et des orientations seront élaborées.

En attendant, veillez à ce que les enfants continuent de respecter la distanciation physique, de se laver les mains fréquemment, d’éternuer et de tousser dans leur coude et de porter un masque si leur âge le permet.

Même si vous avez déjà eu la COVID-19, il est préférable de se faire vacciner quand l’occasion se présente. La protection obtenue après avoir contracté la COVID-19 varie d’une personne à l’autre et on ne sait pas non plus combien de temps l’immunité naturelle est susceptible de durer.

Dans certains pays, des essais cliniques sont menés pour savoir si vous pouvez avoir une première dose d’un vaccin et une deuxième d’un vaccin différent. Il n’y a pas encore assez de données pour recommander ce type d’association.

Les vaccins contre la COVID-19 sont sans danger pour la plupart des personnes âgées de 18 ans et plus, y compris celles qui ont des pathologies préexistantes de toute nature, notamment des affections auto-immunes. Parmi les problèmes de santé concernés figurent l’hypertension, le diabète, l’asthme, les maladies pulmonaires, hépatiques et rénales, ainsi que les infections chroniques stables et maîtrisées

Si les stocks sont limités dans votre région, discutez de votre situation avec votre prestataire de soins de santé dans les cas suivants :

- votre système immunitaire est affaibli ;
- vous êtes enceinte ou vous allaitez votre enfant ;
- vous avez des antécédents d’allergies graves, en particulier à un vaccin (ou à l’un de ses ingrédients) ;
- vous êtes particulièrement fragile.

Les vaccins anti-COVID-19 confèrent une protection contre la maladie en déclenchant une réponse immunitaire contre le SARS-CoV-2. L’immunité acquise grâce à la vaccination réduit le risque de développer la maladie et ses conséquences. Cette immunité vous aide à combattre le virus si vous y êtes exposé. Se faire vacciner peut également protéger les personnes autour de vous, car si vous êtes protégé contre l’infection et la maladie, vous êtes moins susceptible d’infecter quelqu’un d’autre. C’est particulièrement important pour protéger les personnes les plus à risque de développer une forme sévère de COVID-19, tels que les soignants, les personnes âgées et les personnes atteintes d’autres maladies.

L’impact des vaccins anti-COVID-19 sur la pandémie dépendra de plusieurs facteurs, notamment l’efficacité des vaccins, la rapidité avec laquelle ils sont approuvés, fabriqués et mis à disposition, l’émergence possible d’autres variants et le nombre de personnes qui se feront vacciner.

Si les essais ont montré que plusieurs vaccins anti-COVID-19 ont une efficacité élevée, ces vaccins, comme tous les autres vaccins, ne seront pas efficaces à 100 %. L’OMS s’efforce de veiller à ce que tous les vaccins approuvés soient le plus efficaces possible afin qu’ils aient un impact maximal sur la pandémie.

Étant donné que les vaccins anti-COVID-19 n’ont été mis au point qu’au cours des derniers mois, il est trop tôt pour déterminer la durée de la protection qu’ils confèrent. Des travaux de recherche sont en cours pour répondre à cette question. Cependant, il est encourageant de constater que, d’après les données disponibles, la plupart des personnes qui guérissent de la COVID-19 développent une réponse immunitaire qui leur assure au moins une certaine période de protection contre la réinfection – bien que la force et la durée de cette protection soient toujours à l’étude.

L’introduction des premiers vaccins contre la COVID-19 dans les pays a déjà commencé. Avant de pouvoir distribuer des vaccins anti-COVID-19 :

- La sécurité et l’efficacité des vaccins doivent être prouvées dans le cadre d’essais cliniques de grande ampleur (de phase III). Certains vaccins candidats sont parvenus au terme des essais de phase III, et de nombreux autres vaccins potentiels sont en cours de développement.
- Des examens indépendants des données d’efficacité et de sécurité sont requis pour chaque vaccin candidat, notamment un examen et une approbation réglementaires dans le pays où le vaccin est fabriqué, avant que l’OMS n’envisage la préqualification d’un vaccin. Une partie de ce processus implique également l’intervention du Comité consultatif mondial pour la sécurité des vaccins.
- En plus de l’examen des données dans un but réglementaire, les éléments probants doivent également être examinés à des fins de recommandations stratégiques sur les modalités d’utilisation des vaccins.
- Un groupe externe d’experts convoqué par l’OMS, le Groupe stratégique consultatif d’experts (SAGE) sur la vaccination, analyse les résultats des essais cliniques, ainsi que les données factuelles sur la maladie, les tranches d’âge touchées, les facteurs de risque de maladie et d’autres informations. Il établit ensuite des recommandations sur l’opportunité et la façon d’utiliser les vaccins.
- Dans chaque pays, les responsables décident d’approuver ou non l’utilisation des vaccins à l’échelle nationale et d’élaborer des politiques sur la façon de les utiliser en s’appuyant sur les recommandations de l’OMS.
- Il faut fabriquer ces vaccins en grandes quantités, ce qui représente un défi majeur et sans précédent, tout en continuant à produire l’ensemble des autres vaccins vitaux déjà utilisés.
- Enfin, tous les vaccins homologués devront être distribués dans le cadre d’un processus logistique complexe, avec gestion rigoureuse des stocks et contrôle de la température.
L’OMS collabore avec des partenaires dans le monde entier pour que chaque étape de ce processus soit franchie plus vite, tout en veillant à ce que les normes de sécurité les plus exigeantes soient respectées.

Oui, plusieurs vaccins sont actuellement utilisés. Le premier programme de vaccination de masse a commencé au début du mois de décembre 2020 et, au 15 février 2021, 175,3 millions de doses de vaccin avaient été administrées. Au moins sept vaccins différents (trois plateformes) ont été administrés.

L’OMS a accordé une autorisation d’utilisation d’urgence au titre du protocole EUL au vaccin contre la COVID-19 de Pfizer (BNT162b2) le 31 décembre 2020. Le 15 février 2021, l’OMS a autorisé l’utilisation d’urgence de deux versions du vaccin AstraZeneca/Oxford contre la COVID-19, fabriquées par le Serum Institute of India et SKBio. Le 12 mars 2021, l’OMS a autorisé l’utilisation d’urgence du vaccin Ad26.COV2.S, développé par Janssen (Johnson & Johnson). L’OMS prévoit d’autoriser d’autres vaccins dans le cadre du protocole EUL d’ici au mois de juin.

Les seules mesures préventives ayant prouvé leur efficacité dans la réduction du risque de contamination par la COVID-19, sont ''les mesures barrières'' à savoir :

- Portez correctement et obligatoirement votre masque chaque fois que vous êtes dans un lieu public ;
- Lavez-vous fréquemment les mains avec de l'eau et le savon ou en utilisant une solution désinfectante ;
- Gardez une distance physique d'au moins 1 mètre avec les autres lorsque vous êtes dans un lieu public et chaque fois que cela est possible.

Les pratiques ou habitudes ci-dessous ne sont efficaces ni pour se soigner, ni pour se protéger de la COVID-19 et peuvent même être nuisibles :

- Fumer
- Prendre des antibiotiques ou médicaments contre le paludisme sans l'avis préalable d'un professionnel de santé
- Prendre des boissons alcoolisées [lotoko, aguene etc.] ou autres produits non recommandés.

Les masques protègent et empêchent la propagation du coronavirus car le virus se transmet essentiellement par voie aérienne, à travers les gouttelettes respiratoires d'une personne à l'autre lorsque celle-ci tousse, éternue ou postillonne.

- Ainsi, lorsque vous portez un masque, évitez de le toucher.
- Chaque fois que vous touchez un masque déjà utilisé, lavez vous les mains à l'aide d'une solution hydro alcoolique ou de l'eau et du savon.
- Lorsque vous utilisez un masque médical, veuillez le jeter après chaque utilisation.
- Si vous utilisez un masque en tissu, veuillez le laver après chaque utilisation.

Il n’existe pas encore de traitement spécifique contre la COVID-19. Néanmoins des traitements sont en essai. Un traitement symptomatique et un traitement de soutien existent pour les cas graves et critiques (soins intensifs – oxygène, respirateur, etc.)

Il faut strictement respecter les mesures barrières à savoir :

- Portez correctement et obligatoirement votre masque chaque fois que vous êtes dans un lieu public.

- Lavez-vous fréquemment les mains avec de l'eau et le savon ou en utilisant une solution désinfectante.

-Gardez une distance physique d'au moins 1 mètre avec les autres lorsque vous êtes dans un lieu public, et chaque fois que cela est possible.

Si vous présentez un signe correspondant à la COVID-19, portez systématiquement votre masque et consultez rapidement le centre de santé le plus proche.

Au cas où vous n'avez pas effectué de test de dépistage au départ de la zone à risque, faites-en un le plus vite possible, et limitez au maximum vos déplacements en attendant les résultats.

Il faut strictement respecter les mesures barrières a savoir ;

- Portez correctement et obligatoirement votre masque chaque fois que vous êtes dans un lieu public

- Lavez-vous fréquemment les mains avec de l'eau et le savon ou en utilisant une solution désinfectante

-Gardez une distance physique d'au moins 1 mètre avec les autres lorsque vous êtes dans un lieu public et chaque fois que cela est possible

Oui, on peut contracter la COVID-19 si on touche des objets, emballages ou des surfaces contaminées et si on se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche. Il faut donc régulièrement et correctement se laver les mains avec de l eau et du savon ou une solution désinfectante.

Les coronavirus sont une grande famille des virus qui sont communs chez les animaux. Parfois, des humains peuvent être infectés au contact des animaux contaminés. Les recherches continuent afin de déterminer les sources animales possibles.

La COVID-19 est transmise par des personnes porteuses du virus.

- La maladie peut se transmettre d’une personne à l’autre en inhalant les gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou la bouche lorsqu’une personne contaminée tousse, éternue, ou parle.
- Ces gouttelettes peuvent se retrouver sur des objets ou des surfaces autour de la personne en question. On peut alors contracter la COVID-19 si on touche ces objets ou ces surfaces et si on se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche.

Les personnes infectées peuvent être contaminant avant l’apparition des signes et symptômes.

Les symptômes les plus courants de la COVID-19 sont :

- De la fièvre ou des frissons,
- Maux de tête,
- Une toux,
- Un mal de gorge,
- Un essoufflement et des difficultés respiratoires.
- Des douleurs articulaires,
- Une congestion nasale,
- Un écoulement nasal,
- Ou de la diarrhée

Qu'est-ce qu'un coronavirus?

Les coronavirus (du latin, virus à couronne) forment une vaste famille (Coronaviridae) des virus qui sont à l’origine de diverses maladies chez l’homme (et chez l’animal) :
Rhume banal à des maladies plus graves comme le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).

On entend par «nouveau coronavirus ou SARS-CoV2» une nouvelle souche de coronavirus n’ayant encore jamais été identifiée chez l’homme, nommé officiellement COVID-19 par l’OMS.
COVID-19 (acronyme anglais signifiant COronaVIrus Disease 2019), en français « maladie à coronavirus 2019 »


Quelle est la différence entre le coronavirus et la COVID-19?

La COVID-19 est la maladie infectieuse causée par le coronavirus le plus récemment découvert. Nommé officiellement par l’OMS,
COVID-19 (acronyme anglais signifiant Coronavirus disease 2019), en français « maladie à coronavirus 2019 »
Ce nouveau virus et cette nouvelle maladie étaient inconnus avant le début de l'épidémie à Wuhan en Chine, en décembre 2019.